Tag Archives: restaurant yam’tcha

Yam’tcha, l’élégante rencontre culinaire de la France et de l’Asie

15 Juil

L’ambiance : La nouvelle adresse d’Adeline Grattard vient d’ouvrir niché dans la Rue Saint-Honoré, derrière une devanture discrète et élégante. Le restaurant est tout en longueur avec une très belle hauteur sous plafond, tout y a été rénové avec goût : les murs ont été parés de feuille d’or ou peint en dégradé bleu canard, le sol est traité en bloc de marbre de carrare, grandiose. Côté déco, des lampions en papier parsèment la pièce pour l’ambiance zen, les tables et les fauteuils design sont en bois clair (j’en aurais bien ramené un à la maison… !) et décorés de cousins colorés pour la touche de peps, même la vaisselle est d’une élégance et d’un chic irréprochable ! De loin, derrière la vitre de la cuisine ouverte, on observe le ballet culinaire de la cheffe et de son équipe, concentration extrême, on ne devine pas un mot plus haut que l’autre.
L’atmosphère qui règne chez Yam’tcha est enveloppante, rassurante et apaisante. À peine assis, on nous sert un thé de bienvenue Oolong, on entre dans l’univers de Mme Grattard, il n’y a plus qu’à se laisser porter tout le long du voyage…

Bon à savoir : l’ancienne adresse du Yam’tcha a été transformée en une élégante boutique de thés qui fleure bon les Baos (délicieuses petites brioches fourrées, spécialité de la maison) sur-place ou à emporter.

On y va pour ? Goûter à la cuisine d’Adeline Grattard, formé chez Pascal Barbot (L’Astrance) et à Hong Kong, petite chouchou du Fooding, sa cuisine se démarque par un respect du produit saisissant et une divine rencontre culinaire entre France et Asie. On nous servira un menu unique en 7 services accompagné de thés ou de vins.

On commence par mettre les idées au clair par un amuse-bouche direct et stimulant : du thon cru de Saint-Jean-de-Luz sur des pâtissons croquants et un sabayon au vin du jura.

Thon de St-Jean-de-Luz, pâtisson et sabayon au vin blanc du Jura

Thon de St-Jean-de-Luz, pâtisson et sabayon au vin blanc du Jura

On continue par une assiette de calamars associés à une sauce aux algues et à des pousses de jeunes poireaux. Des accords simples et efficaces, la consistance caoutchouteuse du calamar est parfaitement maîtrisée grâce à sa cuisson et rectifiée par à la sauce astringente et au croquant des poireaux.

Calamars, jeunes poireaux croquants et sauce aux algues.

Calamars, jeunes poireaux croquants et sauce aux algues.

La langoustine, sauce masala arrive comme un coup de poing dans notre palais, cette entrée file droite comme I, elle est d’une franchise et d’une efficacité déconcertante. La sauce froide au masala est épicée, oui, elle réveille les papilles, oui, mais la langoustine chaude, d’un moelleux délicat, n’en perd aucune saveur. Chapeau !

Langoustines, sauce masala

Langoustines, sauce masala

Suit la soupe de tomate et ses magnifiques tomates charnues réveillée par des haricots soja noir et accompagnée d’un délicieux poisson (dont je n’ai malheureusement pas retenu le nom…). Hyper frais et très léger, on se croirait sur un nuage !

Soupe de tomate et ses magnifiques tomates

Soupe de tomate et ses magnifiques tomates

Petite pause avec un bol de nouilles chinoises simplement accompagnées d’œufs de canette et de ciboule. L’espace d’un instant, on se transporte dans une cantine hongkongaise. D’une simplicité désarmante.

Bol de nouilles chinoises

Bol de nouilles chinoises

Suit une sublime émotion pour le pigeon rôti / poivrons verts / framboises. La viande s’enrobe d’une sauce framboise sirupeuse et légèrement acide, tandis que les poivrons verts délicieusement laqués croquent sous la dent… Superbe !

Canard rôti avec ses poivrons verts et ses framboises

Canard rôti avec ses poivrons verts et ses framboises

On ne manque pas une occasion de déguster les délicieuses petites brioches fourrées et en guise de fromage, le Bao se garnit de stilton et de cerise Amarena. Un délice !

Enfin, le dessert, que dis-je les desserts. D’abord les fraises Anaïs charnues mariées à une glace au thé vert. D’ordinaire je ne raffole pas du thé vert, mais ici, l’alliance de l’acidulé de la fraise et de l’amertume du thé est bluffante. Puis les abricots rôtis, biscuit au sésame, magnifique bouchée d’été aux saveurs d’ailleurs pour notre palais.

Fraises Anaïs et glace au thé vert

Fraises Anaïs et glace au thé vert

Abricots rôtis, biscuit au sésame

Abricots rôtis, biscuit au sésame

La cuisine d’Adeline Grattard est une ode au voyage. Elle sublime remarquablement chaque produit en le respectant et en lui donnant un je-ne-sais-quoi de lointain et d’excitant, chaque saveur est complexe, et si simple à la fois. Un périple culinaire entre France et Asie à faire et à (re)faire (le menu unique est évolue constamment) les yeux fermés.

Avec qui ? Ta belle-famille, pour l’impressionner !

Le bonus : Le service d’une gentillesse et d’une délicatesse rare ! Jamais prétentieux ou guindé, toujours souriant et généreux en explication (et parfaitement bilingue)… ils ont tous participé à nous faire passer un moment délicieux.
Et Mr Chi Wah, le mari, malicieux sorcier du thé, il infuse oolong et autre herbes séchées tel un marabout !

Le point noir : NUL !

Le prix : 120€ le menu unique du soir.
40€ pour l’accord mets-thés / 70 € pour l’accord mets-vins

Où ?
Yam’tcha
121, rue Saint Honoré, Paris 1er.