Tag Archives: restaurant paris 3e

Nanashi : la cantine des bobos healthy !

29 Mai

L’ambiance : Cool ! Chez Nanashi, tout est over cool. Le décor faussement négligé, les serveurs tous plutôt pas mal, les clients hipster… Dans cette cantine euro-nippone le sol est en carrelage pigmenté d’origine, le menu s’inscrit sur des murs transformés en tableau ardoise géant, la cuisine en long est ouverte sur la salle, et (forcément) les chaises et les tables sont dépareillés ! Un brouhaha ambiant domine et le service est plutôt dynamique. Bref, les codes de la bobo-cantine sont tous respectés et c’est finalement plutôt réussi.

On y va pour ? Manger un bento (plat unique japonais contenu dans une petite boîte) ! Kaori Endo, ancienne chef du Rose Bakery et auteure d’Une japonaise à Paris, a revu et corrigé des plats japonais à la mode européenne. Je choisis un bento à la viande (des versions poisson ou veggie sont également proposées) comprenant une boulette de bœuf, une crème de yuzu, des champignon confit, un œuf poché, des céréales et la salade du jour ! Tous ces éléments se picorent les uns après les autres, se mélangent selon notre envie… Chacun pris séparément est bien assaisonné et la cuisson (lorsqu’il y en a une) est bien respectée.  C’est un repas complet et bon pour la santé !

Bento à la viande du Nanashi

Bento à la viande du Nanashi

Shortcake du Nanashi

Shortcake du Nanashi

Avec qui ? Une bande de copines !

Le bonus : Les desserts (certes, un peu plus calorique que le plat !) ! Je choisis le MR Shortcake composé de génoise, d’une crème chantilly légère et de framboises… un régal ! Il paraît que le fondant au chocolat et au yuzu est pas mal non plus !

Le point noir : Les trois adresses parisiennes de ce concept sont prises d’assaut, il faut donc penser à réserver !

Le prix : 14€ pour un bento au déjeuner.

Où ? 57 rue Charlot, Paris 3ème (celui que j’ai testé).
31 rue de Paradis, Paris 10ème.
6 rue de Tournon, Paris 6ème (boutique Bonpoint).

Grazie : la pizza fashion !

2 Avr

L’ambiance : Bienvenue à NY dans le loft-pizzeria-bar à cockails ! Ici, on est chez Julien Cohen, le fils de la fondatrice de Merci (d’où le nom !). Dans la salle, les tables et gros fauteuils défoncés fricotent ensemble, la lumière est tamisée, « Amore » est écrit en lettres dorées et géantes sur l’un des murs alors que la cuisine est ouverte et embaume la salle de l’odeur de la bonne la pizza chaude !

On y va pour ? Boire un cocktail ! Avec ou sans alcool, ils sont originaux et délicieux ! Côté assiette, j’ai fait une erreur dans la commande. J’ai choisi la Gusto, autrement dit, la traditionnelle quatre fromages. Mais, elle n’est pas à la hauteur de mes attentes, sans vraiment de goût, je suis obligée d’ajouter de la sauce piquante… bref, c’est bof bof ! Ma voisine, elle, a fait le bon choix et sa margarita est absolument délicieuse ! Conclusion : j’y retournerais pour goûter à une autre pizza et laisser une chance à cette pizzeria bobo !

La Gusto de chez Grazie

La Gusto de chez Grazie

Avec qui ? Une copine qui revient de la Fashion Week de New York !

Le bonus ? Les serveurs parlent tous français avec un accent italien à couper au couteau !

Le point noir ? Pensez à réserver au moins 48h à l’avance pour espérer avoir une table au premier service !

Le prix ? Comptez 14-15 euros la pizza et 10 euros pour un cocktail.

Où ? 91, boulevard Beaumarchais, Paris 3e.