Archive | Tout nouveau, tout beau ! RSS feed for this section

B.A.B. : le b.a.-ba du Burger !

1 Déc

L’ambiance : Cette fois-ci, on est dans le 11e, juste derrière l’hôpital Saint Louis, à deux pas du rutilant Floréal. Après le bar à vin, le bar à huîtres (bientôt à côté du Septime), le bar à tapas (qui vient d’ouvrir dans le 9e), voici un bar à Burgers ! Côté déco, on joue dans le scandinave : large parquet clair, grandes tablées, petit côté salon, chaises dépareillées, mur de pierres brutes, tables en formica et cuisine apparente (mais qui reste discrète puisqu’elle est derrière un large vitre qui retient les odeurs et le bruit !). Le résultat donne un endroit agréable où l’on a envie de rester chiller toute l’après-midi en buvant des cafés !

On y va pour ? Goûter un burger Haute Couture ! La carte est alléchante : burger qui fume, wasabi burger, mysterious burger (pour ceux qui n’arriveront pas à se décider), black tentacules… Je décide de rester dans le classique et de prendre un Cheese not so classic. Le mélange des saveurs et les ingrédients choisis sont plutôt originaux : pain bun by Gontran Cherrier, viande assaisonnée par la maison un chouille trop cuite à mon goût, tomate fondante au cœur de la viande, tomme de Savoie coulante… C’est bon, mais pas assez généreux ! On en prendrait bien deux avec plus de sauce, plus de fromage… ! D’accord, on se la joue burger chic, mais si on voulait vraiment être classe, on choisirait la Caesar Salade, pas le burger… alors bon dieu, faites un burger qui tienne au corps, pas un truc chichiteux sous cloche !

 

Cheese not so classic du BAB

Cheese not so classic du BAB

Cheesecake du BAB

Cheesecake du BAB

Avec qui ? Un couple d’amis amoureux !

Le bonus : le dessert homemade délicieux, notamment le cheesecake à tomber !

Le point noir : Les burgers du BAB sont bons et les recettes soignées et originales, mais ils gagneraient à faire des sandwichs un peu plus généreux ! On veut quand même de la junk food nous !

Le prix : 15 à 17€ le burger avec ses frites.

Où ? 18, avenue Claude-Vellefaux, Paris 10e.

Blend prend d’assaut le Haut-Marais !

7 Juil

L’ambiance : Décidément, les Nantais gastronomes ont réussi leur coup ! Alors que le Blend de la rue d’Argout ne désemplit pas, voilà qu’ils lancent une seconde adresse en grande pompe (lancement presse et tutti quanti !). Dans ce second resto en face du métro Saint-Sébastien-Froissart, calé entre les très bobo Bonton et Merci, c’est le  même concept que le premier du nom  : salle minuscule peinte en noir, tables et tabourets en bois massif et logo du resto : un burger-smiley ! Simple mais efficace, ici c’est le burger qui est roi !
Côté ambiance, les serveurs sont sympas et on peut même boire une bière fraîche  (ce qui par la canicule actuelle est plutôt plaisant) devant l’enseigne en attendant une table (parce que forcément, on attend toujours sa table !) !

On y va pour ? Goûter le burger Signature de la maison ! Chez Blend tout est fait maison : du pain bun légèrement sucré et parfaitement brioché au ketchup pour les burgers en passant pas la sauce qui accompagne les frittes ( faites avec des sweet potatoes, une tuerie ! ). Côté goût, rien a vraiment changé : le burger gastro est toujours au poil, les ingrédients toujours d’aussi bonne qualité, notamment la viande qui vient du fameux Yves-Marie le Bourdonnec. On se régale et on en redemande ! La prochaine fois, promis, je goute une des nombreuses autres créations de la maison !

Burger Signature du Blend

Burger Signature du Blend

Avec qui ? Toujours une amatrices  (ou un amateur) de burger !

Le bonus : Franchement, ces deux petits restos sont devenus une institution qui s’offre même une hashtag perso #BlendHamburger !

Le point noir : Il fait un peu chaud dans la petite salle ! Et là encore, on ne va pas au Blend pour dîner entre copains, on y va pour dîner sur le pouce : c’est le concept du fast food gastro !

Où : 1, boulevard des filles du Calvaire, Paris 3ème.

Prix : comptez 15€ pour un burger et des frittes.

Le Café de la Jatte : une déclaration d’amour aux Pouilles

26 Mai

L’ambiance : Il faut du temps pour arriver au Café de la Jatte (tout dépend d’où on vient…), mais quand on y est, on y est bien. C’est un espace de verdure aux portes de Paris transformé par ses nouveaux propriétaires en grande trattoria italienne ! La salle est immense (400 couverts) et dominée par le squelette de l’ancêtre de la baleine, la verrière high-tech se découvre complètement aux beaux jours pour ne rien gâcher au plaisir. Les serveurs italiens (pour la plupart) virevoltent autour des tables… Installée à une table, le ciel étoilé au dessus, un verre de Spritz (délicieux cocktail vénitien) à la main… un air de vacances me prend soudain !

On y va pour ? Goûter la délicieuse cuisine italienne de Giovanni Perrone ! ATTENTION, ici, on parle de véritable cuisine italienne, celle qui fait la part belle aux produits sans chichi ! Giovanni vient du talon de la botte, les Pouilles, cette fameuse région où l’on trouve la burrata, l’or italien… et cela se sent ! Alors, que se passe-t-il dans les assiettes du chef  ? MIAM ! Une salade tomates cerises – burrata au top, un gaspacho de tomate et son king crabe ravissant, une carpaccio d’espadon façon “vitello tonnato” qui se défend et un plat de fine tagliatelles à l’encre de sèche avec ses langoustines réalisé sans faute… ! Mais, mon coup de cœur va à la découverte de la stracciatella ! Non, ce n’est pas la glace, mais l’intérieur crémeux de la burrata… une véritable explosion de saveurs en bouche en provenance direct des Pouilles ! Et le Café de la Jatte est le seul endroit où l’on peut en manger à Paris…

Et pour les desserts ? Vous n’avez plus faim… laissez-vous quand même tenter par un tiramisu au limoncello étonnant ou par un délicieux carpaccio d’ananas rafraîchissant ! Et si vous avez encore une petite place, optez pour une meringue qui swingue avec des framboises et une chantilly… miam !

Salade de tomates cerises et burratina du Café de la Jatte

Salade de tomates cerises et burratina du Café de la Jatte

Tagiatelle à l'encre de sèche et ses langoustines au Café de la Jatte

Tagiatelle à l’encre de sèche et ses langoustines au Café de la Jatte

Meringue framboise-chantilly du Café de la Jatte

Meringue framboise-chantilly du Café de la Jatte

Avec qui ? Son amoureux un soir d’été, ses parents en hiver, sa grand-mère au déjeuner… !

Le bonus ? Au Café de la Jatte, tout est frais ! De la langoustine aux légumes en passant par les pâtes qui sont faites maison !

Le point noir ? It’s far away…

Où ? Ile de la Jatte,  60, bd Vital Bouhot, Neuilly-Sur-Seine.

Le prix ? 40-50€ le soir à la carte (certes, ce n’est pas donné, mais ça vaut le coup pour les produits d’une très grande qualité !).

Les Toqués : l’entrecôte de malade !

29 Avr

L’ambiance : Au dessus de la Butte, dans une rue jusqu’alors inconnue, on découvre ce tout petit restaurant à la devanture accueillante. Passé la porte, le bois et le blanc règne en maître, quelques meubles et luminaires chinés ça et là… on se sent direct chez soi dans ce décor épuré, style nordique, tellement qu’on dirait que ce nouveau bistrot vient direct de chez Ikea ! La gouaille énergique de Kevin en salle donne pourtant bien vie à cet espace conçu par deux copains des bancs de la fac !

On y va pour ? Goûter la cuisine sans chichi de ce resto de potes ! En entrée, une verrine de ricotta et aubergine fraîche et goûteuse, on en mangerait sans fin… La suite, une pièce de bœuf comme on en mange rarement accompagnée d’un gratin dauphinois qui tient ses promesses… un sans-faute simple et sans prise de tête, une bonne cuisine de quartier réalisée avec des produits frais comme on devrait en trouver plus souvent.

Verrine Ricotta-Aubergines

Verrine Ricotta-Aubergines

L'entrecôte de malade des Toqués

L'entrecôte de malade des Toqués

Avec qui ? Une bande de copines et on s’installe à la table derrière la devanture !

Le bonus ? Du Diplomatico (ce fameux rhum vénézuélien) en digestif… un bonheur !

Le point noir ?  On n’avait plus faim pour goûter les desserts…

Le prix : Entre 30 et 40€ à la carte le soir, menu le midi.

Où ? 10, rue Letort, Paris 18

Le Blend : l’hamburger Roi !

26 Fév

L’ambiance : Stress, impatience… le Blend tout le Paris gastro en parle depuis son ouverture en décembre, même le très sérieux FigaroScope ! Alors, pensez bien que je suis en joie de me presser là-bas ! Arriver devant, il y a foule, on prend notre nom, on attend ! Le restaurant est minuscule, 6 tables en bois avec des énormes tabourets (quasiment imbougeables). L’ambiance est au noir et bois, c’est pas mal, mais ça ne casse pas 4 pattes à un canard et ça sent le « fast food » de luxe ! Place au burger maintenant…

On y va pour ? Goûter un de ces fameux burgers ! Je choisis le Signature, le pain bun fait maison est parfait (certains pourront malgré tout le trouver trop sucré), le steack en provenance direct du boucher des bobos est au poil (attention, on ne nous a pas demandé la cuisson… peut-être un oubli de la part du serveur), l’accompagnement est aussi original que délicieux : compoté d’oignons, bacon et roquefort, tranche d’emmental fondue et pousses d’épinard ! Un excellent burger comme on en mange peu ! Reste les frites, on les choisit à la patate douce. Ce sont les frites de l’année (et pourtant, on n’est qu’en février) !

burger-blend-paris

Le Signature du Blend

frites-patates-douce-blend

Les frites à la patate douce !

Avec qui ? Ton meilleur ami fan de burger !

Le bonus ? Le burger caché ! On ne vous en dit pas plus…

Le point noir ? L’attente, la non-possibilité de réserver, le fait qu’on a l’impression d’être pressé pour manger… bref, si vous avez envie de vous faire un vrai resto entre potes, ce n’est pas la bonne adresse !

Le prix : 15€ le menu : 1 hamburger, 1 panier de frites et 1 bière.

 Où ? 44, rue d’Argout, Parie 2e

Le Petit Cambodge : une cantine à bobun pour bobo !

24 Oct

L’ambiance : Des tables hautes que les clients du restaurant se partagent, des tabourets pas très conforts, des ampoules qui tombent du plafond (je veux les mêmes dans mon salon !!!). A l’intérieur, les habitants du quartier se mélangent avec les vrais branchés ! Si le petit Cambodge manque encore un peu de caractère, on ne doute pas qu’il trouve (très) rapidement son credo !

On y va pour ? A priori, cela devient une manie : les restaurants monoplats ! Pour le Petit Cambodge, digne héritier de son grand frère Le Cambodge, un restaurant familial cambodgien, c’est le bobun qui est à l’honneur ! Rappel : le bobun est un plat indochinois complet servi chaud-froid. Au petit Cambodge, il atteint quasi la perfection ! On le choisi au bœuf ou à la crevette.  Servi dans un grand bol, on mange à la baguette des lamelles de bœuf mariné, des nems coupés en morceaux, des carottes en rondelles, des cacahuètes pilées, des vermicelles de riz, des herbes fraîches (ciboulette thaï, menthe, coriandre…) le tout arrosé de sauce au nuoc-mâm (miam… !).

Le bobun spécial

Le bobun spécial

Avec qui ? Son amoureux un vendredi soir pluvieux (parce que depuis peu, on a la chance d’être des 10ièmards !)

Le bonus : Manger un bobun pour par cher dans un endroit trendy et sans des baguettes jetables en bois !

Le point noir : c’est tout nouveau, tout beau, mais ça manque encore de vécu…

Prix : entre 9,50 et 13€.

Où ?

20, rue Alibert, Paris 10e.

Quand Paris prend des airs de vacances au Bellerive !

29 Juin

L’ambiance : Un dimanche midi d’été, il faut avoir la foi pour monter de la rive gauche jusqu’au Quai de la Seine dans le 19e. Et pourtant, le voyage vaut largement le détour : terrains de pétanque, petite marina, base nautique de la ville de Paris… Le Bellerive prend des airs de vacances ! La terrasse est ombragée juste comme il faut, et l’intérieur ressemble à un bistrot parisien qui aurait fait un détour par le sud : carrelage d’époque, large bar en bois foncé…

On y va pour ? Dans la famille du Floréal, de Chez Jeannette…, je demande le petit frère ! Et oui, le Bellerive entretient des liens fraternels avec ces bistrots branchés du 10e et ce n’est pas pour rien ! Le Bellerive Burger (anciennement appelé le Philadelphia Burger) ressemble étrangement au burger du Floréal ! Même pain buns délicieux, le reste fais dans l’innovation mais reste toujours très bon : le fromage cheddar est à peine fondu ce qui lui donne plus de goût, la sauce est parfaite, la viande au poil… Bref, le cheeseburger du Bellerive arrive très largement à la cheville de celui que fait son grand frère !
Une raison tout à fait suffisante pour aller jusque dans le 19e !

Le Cheeseburger du Bellerive

Le Cheeseburger du Bellerive

Avec qui ? Son amoureux un dimanche midi, ses potes un vendredi soir… N’importe quand avec n’importe qui sauf mamie !

Le Bonus : Un tour de canoë cayak pour éliminer les calories ?

Le Point Noir : Déjà dit, c’est un peu loin… mais après, ça dépend toujours pour qui !

Le Prix ? 12,5€ le Bellerive Burger.

Où ?
71, quai de Seine.
Paris 19e.

Au comptoir de Brice, il est top le chef !

27 Juin

Ambiance : Au cœur du Marché St Martin, vous voilà assis entre le marchand de pommes de terre et le poissonnier ! Enseigne verte tendance écolo, grande cuisine carrelage-inox ouverte sur un comptoir en bois clair, salle composée de tables basses et de tabourets dans les mêmes tonalités, voici le décor du Comptoir de Brice, ou plutôt du tout nouvel endroit où il FAUT aller déjeuner !

On y va pour ? La tête du chef dans la cuisine, vous dit quelque chose ? Normal, c’est le lyonnais sympathique de Top Chef édition 2010, Brice Morvent ! Et si il est resté sur le carreau en demi-finale, il vient quand même d’ouvrir son restaurant pour nous proposer sa (délicieuse) cuisine !
Au programme, des recettes de marché simples et efficaces ! Gaspacho, ratatouille comme à la maison, fougasse, pissaladière… et des inventions culinaires quotidiennes en fonction des produits du marché !
Mention spéciale à la part de pizza à la truffe d’été et au croque-monsieur de foie gras qu’on a pu goûter samedi midi !

La pizza à la truffe d'été Au Comptoir de Brice

La pizza à la truffe d'été Au Comptoir de Brice


Le croque-monsieur du Comptoir de Brice

Le croque-monsieur du Comptoir de Brice


Avec qui ? Une copine qui aime bien manger, pas celle qui te dit à chaque fois « Ah non, je peux pas, je suis le régime Ducan ».

Le bonus : tous les plats sont aussi à emporter !

Le point noir : Grrr… on n’a pas pu goûter le super Burger de Brice (servi uniquement le week-end), on est arrivé trop tard et il n’y en avait plus !

Les Prix : Pas cher ! Entre 4€ (la part de pizza à la truffe) et 15 € (le super burger) !

Quand ? Non-stop de 9h à 20h (9h à 13h dimanche). Fermé lundi.

Où ?
Marché couvert Saint-Martin
31-33, rue du Château d’Eau
Paris 10e