La ruelle, le secret d’Angoulême.

3 Nov

L’ambiance : Ah c’était les vacances… la découverte d’une très jolie petite ville de province entourée des vignobles de Cognac et de Pineau des Charentes, la belle Angoulême, et d’un chef, oublié depuis trop longtemps par la Bible des gastronomes (le michelin ndlr). Guillaume Veyssière, de son petit nom, est un  autodidacte qui a quand même fait ses armes chez les grands, notamment au Bruno, 3 étoiles à Bruxelles. Tranquillement, il s’installe dans cette ancienne ruelle (d’où le nom…) pour y créer un restaurant épuré, sobre et élégant, l’écrin de sa cuisine du marché. Pierres apparentes, tons beiges, blancs… c’est classe comme à Paname ! Un détail agréable à noter : on voit correctement ce qu’il y a dans l’assiette, et ça… c’est important !

On y va pour ? Vérifier ce que mon père me répète depuis qu’il va y manger : c’est le meilleur restaurant de la région ! Alors, comment ça se passe ? Le chef propose 2 menus dégustation à 6 ou 8 plats, on choisit le plus long, histoire de faire traîner le plaisir ! Le credo de Veyssière est de faire la part belle aux produits de la Charente et de les assaisonner avec des condiments qui viennent parfois de loin pour raconter une belle histoire. Alors, on se délecte d’un sublime foie-gras mi-cuit, shitakes et ignames… un mélange des textures et des saveurs absolument incroyable. On se régale du saumon étuvé, crémeux de riz et émulsion de crevette, une tuerie, et de la raviole de daube de bœuf à la provençal… Il faut noter aussi quelques (toutes) petites fausses notes, des plats bons, mais qui loupent d’une marche le niveau des autres, la salade de tomates revisitée vue et revue ou le homard rôti et son bouillon citronnelle trop épicé et qui ne laisse aucune chance au goût délicat du homard de s’exprimer harmonieusement. Étonnante idée au fromage : Veyssière sert un gouda de 36 mois au cumin râpé comme du parmesan avec une sorte de chapelure en guise de pain et une boule de glace au lait… je m’interroge et me demande si j’ai bien tout compris : la forme (déstructurer la présentation du traditionnel fromage) est surprenante et intéressante, le fond m’a moins convaincu… Enfin, on termine sur une déclinaison autour de l’abricot, un délice subtil plein de saveurs et de soleil !

 

Salade de tomates revisitée

Salade de tomates revisitée

Fois gras mi-cuit, shitakes et Igname

Fois gras mi-cuit, shitakes et Igname

Homard rôti et son bouillon citronnelle

Homard rôti et son bouillon citronnelle

Saumon étuvé, crémeux de riz, émulsion de crevettes

Saumon étuvé, crémeux de riz, émulsion de crevettes

Raviole ouverte de daube de bœuf à la provençal

Raviole ouverte de daube de bœuf à la provençal

Gouda de 36 mois au cumin, glace lait

Gouda de 36 mois au cumin, glace lait

Déclinaison autour de l'abricot

Déclinaison autour de l’abricot

Avec qui ? Un Angoumoisins pardi !

Le bonus : Possibilité d’accorder les plats avec 6 (petits) verres de vin sélectionnés tout exprès. Et ciel ma déception ! il paraît que la surprise au chocolat est un dessert diabolique… malheureusement elle n’était pas à la carte le soir où j’y ai dîné… I will come back, ne vous inquiétez pas !

Le point noir : Peut-être le service, un peu hésitant encore, en apprentissage certainement, malgré la délicieuse Madame Veyssière qui veille à ce que vous passiez un moment le plus agréable possible !

Où ?
Restaurant La Ruelle,
6, rue des Trois Notre-Dame
16000 Angoulême.

Le prix :
Menus : 42 ou 52€, 35€ pour le vin.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :