Archive | novembre, 2013

Le dépanneur te dépanne d’un burger ?!

24 Nov

L’ambiance : Depuis quelques années déjà le South Pigalle rallume ses lumières et attire les hipsters de tout Paris : Bus Palladium, rue des martyrs, Mansard et tutti quanti ! Et c’est justement en face de ce dernier qu’Olivier et Julie Demarle ont décidé de faire renaître de ses cendres un bar iconique des années 90, le Dépanneur et à en croire l’enthousiasme de ma boss à l’évocation de ce nom, ça avait l’air fortement rigolo le Dépanneur  façon 90’s ! La version XXIème siècle n’est pas en reste : du bois brut, des cactus, des banquettes façon dinner et de la lumière tamisée… on se croirait presque dans un bar branché à Los Angeles ! Le tout est signé David Rager et Cheri Messerli qui ont déjà réalisé la Candeleria (pour vous donner une idée !). Un resto / bar à cocktails à aspirer les jolies filles et les garçons barbus façon trappeur canadien… Bref, un endroit comme on les aime !

On y va pour ? Goûter la carte des burgers signée Cantine California, célèbre food truck parisien ! Cinq burgers au choix, je prends le Half moon bay BBQ burger et je reste sans voix… Un délice ! Un pain bun parfaitement moelleux et légèrement sucré, une viande parfaitement cuite et des accompagnements au poil : bleu d’Auvergne découlinant, pickles aigre-doux de folie, sauce BBQ incroyable et un combo parfait tomate, laitue pour la touche de fraîcheur… Une tuerie ! Aujourd’hui, on trouve des burgers sur quasi toutes les cartes de Paris, en trouver un bon, un généreux, un qui ne rigole pas est suffisamment rare pour qu’on le dise tout haut : les burgers du Dépanneur entrent dans la catégorie des meilleurs de Paris !

Et nous n’avons pas encore parlé des frites : légèrement sucrées, parfaitement dorées, pas trop grasses… Well done chef !

Half moon bay BBQ burger du Dépanneur Pigalle

Half moon bay BBQ burger du Dépanneur Pigalle

Avec qui ? Ta troupe de meilleures copines !

Le bonus : Les cocktails ! Une carte plus large que celle côté cuisine ! Si on s’y perd un peu au départ, on demande au serveur (qui d’emblée use du « tu » pour le côté ‘ricain semble-t-il !) de très bons conseils !

Le point noir : Peut-être le prix, 17€ pour un burger ça commence à faire cher… mais pour un BON burger, on sera indulgent !

Le prix : 17€ le burger / 12€ le cocktail

Où ? 27, rue Pierre Fontaine, Paris 9e.

Tarte bourdaloue ouh ouh !

17 Nov

On entre dans la période froide : fraises, framboises, abricots… terminé, finito ! Alors, on se rabat sur les fruits (moins funky) de saison : poires, pommes, coings… et pour leur donner leurs lettres de noblesse on revient aux classiques de la pâtisserie familiale française ! Et oui, il faut le dire la tarte bourdaloue n’est pas une monstre de finesse, mais… mais qu’est-ce que c’est bon : la crème d’amande pour faire les réserves de l’hiver et les poires pochées légèrement vanillées, un régal ! Trêve de blablatage… en avant la recette !

La tarte bourdaloue se fait en 4 étapes : la pâte sucrée, le pochage des poires, la crème d’amande et le montage !

Tarte Bourdaloue aux  poires

Tarte Bourdaloue aux poires

Huuuummm.... vu de prêt : la tarte bourdaloue aux poires

Huuuummm…. vu de prêt : la tarte bourdaloue aux poires

 

ÉTAPE 1 : la pâte sucrée (toutes vos recettes sont bonnes, voici celle proposée par mon professeur de pâtisserie le chef Dozier, elle est inratable !)
250g de farine
125g de beurre
40g de sucre glace
40g de poudre d’amande
1 œuf
et de l’eau si nécessaire.

Dans un cul-de-poule, « sablez » la farine, le beurre, le sucre glace et la poudre d’amande. Il faut « chauffer » le beurre et la farine le moins possible. Le but est d’obtenir un mélange dont la consistance ressemble à du sable (d’où l’expression « sabler »).
Ajoutez l’œuf et pressez la pâte : vous devez obtenir une pâte souple comme de la pâte à modeler sans jamais trop la travailler.
Réservez au frais pendant 30mn.

ÉTAPE 2 : le pochage des poires.
1l d’eau
1 gousse de vanille
400g de sucre
1 jus de citron
5 ou 6 poires (selon leur taille).

Pelez les poires.
Dans une casserole, faites chauffer l’eau, la gousse de vanille coupée en deux, le sucre et le jus de citron. Une fois le sirop porté à ébullition, plongez les poires pendant 10 à 15mn (selon leur taille).
Une fois les poires pochées, coupez-les en deux et évidez-les.

ÉTAPE 3 : la crème d’amande.
100g de beurre
100g de sucre
100g de poudre d’amande
2 œufs
1 cuillère à soupe de rhum.

Dans un cul-de-poule, mélangez le beure, le sucre et la poudre d’amande. Ajoutez les œufs et fouettez jusqu’à l’obtention d’une belle crème. Enfin, incorporez le rhum.

ÉTAPE 4 : le montage de la tarte.
Commencez par faire chauffer votre four à 180°.
Abaissez votre pâte, foncez un moule à tarte et piquez-le.
Versez la crème d’amande uniformément.
Disposez les poires coupées en deux harmonieusement.
Saupoudrez, si le cœur vous en dit, d’amandes effilées.

La tarte est prête, vous pouvez l’enfourner 30 à 35mn à 180° !

L’oisiveThé : un brunch au calme !

10 Nov

L’ambiance : Pas besoin de réserver, on y va comme on en a envie ! L’oisiveThé est, comme son nom l’indique, un salon de thé ! Côté déco, c’est plutôt sommaire : tables et chaises dépareillées, toiles cirées façon grand-mère et semblant de comptoir en médium pas très classe ! C’est pour le calme et la sérénité qu’offre l’endroit qu’on y va, la serveuse à la voix d’une prof de yoga et on chuchote entre copines pour se raconter les derniers potins ! Bien au chaud, les derniers rayons de soleil automnaux nous caressent le dos… ici, j’en suis certaine, l’hiver ne viendra pas nous chercher !

On y va pour ? Bruncher tranquillement entre copines ! La formule brunch est excellente et à moins de 20€ ! Au programme : une paire d’œufs à la coque avec des mouillettes beurrées, une excellente brioche avec de la confiture, un feuilleté maison au choix (fromage, poulet ou végétarien) qui vient avec une salade agrémentée de graines et d’herbes fraîches… Le tout arrosé d’un thé à choisir dans la cinquantaine de références que propose la maison, j’opte pour un rooibos aux fruits rouge, un de mes préférés ! C’est healthy tout comme il faut !

Paire d'oeufs coque et mouillettes

Paire d’oeufs coque et mouillettes

Feuilleté maison au poulet

Feuilleté maison au poulet

Avec qui ? Tes meilleures amies !

Le bonus ? On peut repartir avec 100g de son thé préféré puisque l’OisiveThé vend tous les thés de sa carte en vrac !

Le point noir ? Je ne sais pas où vous habitez dans Paris… mais pour moi, c’est un peu loin la Butte aux cailles !

Où ?
1, rue Jean Marie Jego Paris 13ème.

Le prix : 19,50€ le Brunch !

La ruelle, le secret d’Angoulême.

3 Nov

L’ambiance : Ah c’était les vacances… la découverte d’une très jolie petite ville de province entourée des vignobles de Cognac et de Pineau des Charentes, la belle Angoulême, et d’un chef, oublié depuis trop longtemps par la Bible des gastronomes (le michelin ndlr). Guillaume Veyssière, de son petit nom, est un  autodidacte qui a quand même fait ses armes chez les grands, notamment au Bruno, 3 étoiles à Bruxelles. Tranquillement, il s’installe dans cette ancienne ruelle (d’où le nom…) pour y créer un restaurant épuré, sobre et élégant, l’écrin de sa cuisine du marché. Pierres apparentes, tons beiges, blancs… c’est classe comme à Paname ! Un détail agréable à noter : on voit correctement ce qu’il y a dans l’assiette, et ça… c’est important !

On y va pour ? Vérifier ce que mon père me répète depuis qu’il va y manger : c’est le meilleur restaurant de la région ! Alors, comment ça se passe ? Le chef propose 2 menus dégustation à 6 ou 8 plats, on choisit le plus long, histoire de faire traîner le plaisir ! Le credo de Veyssière est de faire la part belle aux produits de la Charente et de les assaisonner avec des condiments qui viennent parfois de loin pour raconter une belle histoire. Alors, on se délecte d’un sublime foie-gras mi-cuit, shitakes et ignames… un mélange des textures et des saveurs absolument incroyable. On se régale du saumon étuvé, crémeux de riz et émulsion de crevette, une tuerie, et de la raviole de daube de bœuf à la provençal… Il faut noter aussi quelques (toutes) petites fausses notes, des plats bons, mais qui loupent d’une marche le niveau des autres, la salade de tomates revisitée vue et revue ou le homard rôti et son bouillon citronnelle trop épicé et qui ne laisse aucune chance au goût délicat du homard de s’exprimer harmonieusement. Étonnante idée au fromage : Veyssière sert un gouda de 36 mois au cumin râpé comme du parmesan avec une sorte de chapelure en guise de pain et une boule de glace au lait… je m’interroge et me demande si j’ai bien tout compris : la forme (déstructurer la présentation du traditionnel fromage) est surprenante et intéressante, le fond m’a moins convaincu… Enfin, on termine sur une déclinaison autour de l’abricot, un délice subtil plein de saveurs et de soleil !

 

Salade de tomates revisitée

Salade de tomates revisitée

Fois gras mi-cuit, shitakes et Igname

Fois gras mi-cuit, shitakes et Igname

Homard rôti et son bouillon citronnelle

Homard rôti et son bouillon citronnelle

Saumon étuvé, crémeux de riz, émulsion de crevettes

Saumon étuvé, crémeux de riz, émulsion de crevettes

Raviole ouverte de daube de bœuf à la provençal

Raviole ouverte de daube de bœuf à la provençal

Gouda de 36 mois au cumin, glace lait

Gouda de 36 mois au cumin, glace lait

Déclinaison autour de l'abricot

Déclinaison autour de l’abricot

Avec qui ? Un Angoumoisins pardi !

Le bonus : Possibilité d’accorder les plats avec 6 (petits) verres de vin sélectionnés tout exprès. Et ciel ma déception ! il paraît que la surprise au chocolat est un dessert diabolique… malheureusement elle n’était pas à la carte le soir où j’y ai dîné… I will come back, ne vous inquiétez pas !

Le point noir : Peut-être le service, un peu hésitant encore, en apprentissage certainement, malgré la délicieuse Madame Veyssière qui veille à ce que vous passiez un moment le plus agréable possible !

Où ?
Restaurant La Ruelle,
6, rue des Trois Notre-Dame
16000 Angoulême.

Le prix :
Menus : 42 ou 52€, 35€ pour le vin.