Mais que faudra t-il faire en 2013 pour être (food) in ?

29 Jan

2012, c’était l’avènement du burger (Blend, Big Fernand, Le Camion qui fume…), l’ouverture de la pâtisserie de Cyril Lignac et sa participation à l’émission douteuse Le meilleur pâtissier de France, l’invasion de la gastronomie au cinéma (Les saveurs du Palais, Entre les Bras, Comme un chef ou la ressortie de l’excellent Festin de Babette) et le débarquement de l’Amérique du Sud dans la capitale, olé.

Mais que faudra t-il faire en 2013 pour être (food) in ?

– Tacos, ceviche et autres quessadillas.

L’année dernière, l’Amérique du Sud débarquait à Paris et quelques (bonnes) adresses ouvraient dans la capitale. Et bien, on parie qu’en 2013, le tacos et le ceviche seront roi de nos assiettes nocturnes, mais aussi que les tequilas, mezcal, pisco et autres boissons alcoolisées à base de cactus endiableront nos soirées.

Tacos La Candeleria

Quelques adresses :

– L’incontournable : La Candelaria (52, rue de Saintonge, Paris 3e), la mini taqueria qui cache le fameux bar à cocktails où l’on peut goûter pas moins de quinze tequilas artisanales, mais aussi des cocktails à base de pisco, comme le pisco disco saupoudré de paillettes.
– L’Argentin : Le Classico Argentino (56, rue de Saintonge, Paris 3e /  217, rue du Faubourg Saint-Antoine Paris 11e) pour y goûter les empanadas, des petits chaussons de pâte brisée fourrés au fromage, à la viande, aux épinards… spécialité venue tout droit de Buenos Aires et qui est bien partie pour devenir la reine des apéros.
– La mescalerias : Le Cartel Ocho (223, rue Saint-Martin, Paris 3e) pour goûter à son mescal « équitable » en provenance direct d’une coopérative qui travaille de l’agave sauvage.
– Et pour l’ambiance, on va à la Lucha Libre (10, rue de la Montagne Sainte-Geneviève. Paris 5e ) qui organise tous les vendredis soirs des tournois de catch.

– Le poulet rôti est le nouveau cheeseburger.

En 2012, il n’y en avait pas que pour le cheeseburger avec quelques adresses qui ne désemplissaient pas. Cette année, pour être fashion food, on arrête la burger-mania et on se met au poulet rôti, celui qu’on mangeait chez Mamie Renée le dimanche en famille.

Quelques adresses :

– La old school : L’Ami Louis (32, rue du Vertbois, Paris 3e). Dans un décor d’un autre monde, on savoure (80€ pour deux quand même) le meilleur poulet rôti de Paris servi avec un dôme de frittes allumettes. Un plaisir d’un autre temps…
– La branchée : Le Coq Rico (98 Rue Lepic, Paris 18e ). La carte a été conçue par le grand Antoine Westermann et est entièrement dédiée à la volaille. Cot cot.

– La folie des bars à cocktails continue.

L’Expérimental et le Curio Parlor ont été les précurseurs de la tendance il y a quelques années déjà, suivis en 2012 d’adresses comme le Ballroom ou le Glass. Là encore, on mise sur la starification des bartenders (les magiciens des cocktails) et sur la médiatisation des bitters (liqueurs amères, ingrédients secrets et inévitables de ces mêmes cocktails ).

Quelques adresses :

– Le boss : L’expérimental : 37, rue Saint Sauveur, Paris 2e.
– Le petit nouveau : Le Glass : 7, rue Frochot, Paris 9e. Petit frère de la Candelaria, ambiance new yorkaise en plein Pigalle. C’est le seul bar à Paris qui sert du Brooklyn Lager, la binouze made in Brooklyn.
– Le pro : Le Ballroom : 58, rue Jean-Jacques Rousseau, Paris 1e. Elu meilleur cocktail de Paris par le Figaroscope, on y va les yeux fermés.
– Le chicos : Le W Lounge de l’hôtel W Paris : 4 rue Meyerbeer, Paris 9e. Cher, chic… on y va pour une grande occasion, par curiosité ou pour en mettre plein les yeux ! Le truc à savoir, la Do It Yourself Cocktail Sessons tous les mardis soirs.

– On mange son emballage.

David Edwards, professeur à Havard, est parti du constat de la « suremballation » de nos aliments pour imaginer WikiCell : un enrobage fait de produits naturels (surtout des algues) pour emballer fromages, glaces, boissons… Il suffit de laver l’emballage pour le manger. On pourra découvrir ces produits au WikiBar (4, rue du Bouloi, Paris 1e) à partir du mois de mars.

– On mange sain et glamour.

Il y avait déjà Nanashi, Rose Bakery… Et puis, on a entendu parlé de NoGlu, le petit restaurant épicerie de Frédérique Jules où l’on mange tout avec zéro gluten. La tendance est à ces petites cantines healthy qui pousse dans la capitale comme des petits pains (sans gluten of course) avec toujours la même recette : la déco façon café cool comme on en trouverait à LA et des petits plats bons pour la santé . En janvier 2013, on attend l’ouverture du Café Pinson, 100% vegan lui…

Les adresses :

– Les incontournables : Nanashi 31 rue de Paradis, Paris 10e et Rose Bakery 30 Rue Debelleyme, Paris 3e.
– Le 0 gluten : NoGlu 16 passage des Panoramas, Paris 2e.
– Le healthy from South America (soit 2 tendances en 1 !) : Le Voy Alimento 23, rue des vinaigriers Paris 10e. Super cantine consacrée aux aliments qui boostent l’organisme et en provenance direct d’Amérique du Sud.
– Le petit nouveau : Le Café Pinson 6 rue du Forez, Paris 3e.

Article publié sur Kilt Magazine !

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :