Archive | avril, 2012

Les Toqués : l’entrecôte de malade !

29 Avr

L’ambiance : Au dessus de la Butte, dans une rue jusqu’alors inconnue, on découvre ce tout petit restaurant à la devanture accueillante. Passé la porte, le bois et le blanc règne en maître, quelques meubles et luminaires chinés ça et là… on se sent direct chez soi dans ce décor épuré, style nordique, tellement qu’on dirait que ce nouveau bistrot vient direct de chez Ikea ! La gouaille énergique de Kevin en salle donne pourtant bien vie à cet espace conçu par deux copains des bancs de la fac !

On y va pour ? Goûter la cuisine sans chichi de ce resto de potes ! En entrée, une verrine de ricotta et aubergine fraîche et goûteuse, on en mangerait sans fin… La suite, une pièce de bœuf comme on en mange rarement accompagnée d’un gratin dauphinois qui tient ses promesses… un sans-faute simple et sans prise de tête, une bonne cuisine de quartier réalisée avec des produits frais comme on devrait en trouver plus souvent.

Verrine Ricotta-Aubergines

Verrine Ricotta-Aubergines

L'entrecôte de malade des Toqués

L'entrecôte de malade des Toqués

Avec qui ? Une bande de copines et on s’installe à la table derrière la devanture !

Le bonus ? Du Diplomatico (ce fameux rhum vénézuélien) en digestif… un bonheur !

Le point noir ?  On n’avait plus faim pour goûter les desserts…

Le prix : Entre 30 et 40€ à la carte le soir, menu le midi.

Où ? 10, rue Letort, Paris 18

Publicités

Le cul de poule : dinde de toi… mon choux

22 Avr

L’ambiance : Le cul de poule fait partie de la célèbre famille du Chéri bibi (la critique d’Agite ici !) et de la fameuse Famille, rue des trois frères. Planté dans la très bobo rue des Martyrs, le petit dernier de la famille n’est pas à plaindre. Il y a une petite terrasse, une première salle tout en long et un étage avec une banquette en vinyle sur laquelle on s’allonge pour un dîner pourquoi pas coquin ! Au mur de la salle du bas, une poule coupée en deux image le nom du restaurant, tiré en fait de l’ustensile de cuisine, des vieilles chaises d’école, des portes manteaux old school… bref, du vintage, du vintage et encore du vintage.

On y va pour ? Dîner ! En entrée, un superbe gaspacho de concombre et melon, frais et goûteux. En plat, arrive une cuisse de dinde gigantesque avec sa simple purée de chou fleur ! Dingue de la dinde, on l’est certainement : la viande est fondante, la purée a le goût de celle que faisait ma maman ! Bref, c’est un plat simple mais réussi  qui comblera la plus grosse des faims !

Dinde de toi au Cul de Poule

Dinde de toi au Cul de Poule

Le bonus ? Le service très sympathique et la sélection de vin plutôt convaincante.

Le point noir ? Le plat de mon voisin n’était pas terrible… il faut savoir bien choisir !

Le prix : Deux formules pour le soir 23€ (entrée + plat ou plat + dessert) et 28€ (entrée + plat + dessert).

Où ? 53, rue des Martyrs, Paris 9e.

Big Fernand : Christine a trouvé le meilleur burger de Paris !

12 Avr
Où ? BIG FERNAND, 55, rue du Faubourg-Poissonnière, Paris 9e.
Tu composes toi même ton burger ! C’est le meilleur que j’ai jamais encore mangé !

Bon tu as aussi des burger déjà préparé…
Le Fernand : boeuf, Saint Nectaire, tomate séchée, sauce cocktail
Le Philibert : poulet, poivron, estragon
Le Victor : veau, fourme d’Ambert, oignons frits, coriandre
L’Alphonse : agneau, tomme de Savoie, aubergines grillées, sauce fromage frais.
Le mien a été composé : boeuf, oignons frits, sauce tata Fernande (onctueuse et légèrement sucrée) tomme de Savoie et coriandre. Et le pain !!! Hum…
Burger sur-mesure du Big Fernand

Burger sur-mesure du Big Fernand

Et servi en moins de 5 minutes !
Mon menu m’a coûté moins de 16 euros !

Je le recommande chaudement !!

Christine

Attention, pour le moment, le Big Fernand n’est ouvert que le midi… (raison pour laquelle, je ne suis pas encore allée le goûter…!)

Grazie : la pizza fashion !

2 Avr

L’ambiance : Bienvenue à NY dans le loft-pizzeria-bar à cockails ! Ici, on est chez Julien Cohen, le fils de la fondatrice de Merci (d’où le nom !). Dans la salle, les tables et gros fauteuils défoncés fricotent ensemble, la lumière est tamisée, « Amore » est écrit en lettres dorées et géantes sur l’un des murs alors que la cuisine est ouverte et embaume la salle de l’odeur de la bonne la pizza chaude !

On y va pour ? Boire un cocktail ! Avec ou sans alcool, ils sont originaux et délicieux ! Côté assiette, j’ai fait une erreur dans la commande. J’ai choisi la Gusto, autrement dit, la traditionnelle quatre fromages. Mais, elle n’est pas à la hauteur de mes attentes, sans vraiment de goût, je suis obligée d’ajouter de la sauce piquante… bref, c’est bof bof ! Ma voisine, elle, a fait le bon choix et sa margarita est absolument délicieuse ! Conclusion : j’y retournerais pour goûter à une autre pizza et laisser une chance à cette pizzeria bobo !

La Gusto de chez Grazie

La Gusto de chez Grazie

Avec qui ? Une copine qui revient de la Fashion Week de New York !

Le bonus ? Les serveurs parlent tous français avec un accent italien à couper au couteau !

Le point noir ? Pensez à réserver au moins 48h à l’avance pour espérer avoir une table au premier service !

Le prix ? Comptez 14-15 euros la pizza et 10 euros pour un cocktail.

Où ? 91, boulevard Beaumarchais, Paris 3e.