Archive | mars, 2011

La nourriture mexicaine : une très belle découverte !

24 Mar

Un jour un ami me dit « Faudrait créer un restaurant de spécialités mexicaines façon fast food ». Ok… je n’avais pas compris jusqu’à mon séjour récent au Mexique ! D’ailleurs, pour moi, la nourriture mexicaine était celle servie dans les restaurants Tex-mex. Erreur !
Certes, les « vrais » plats mexicains ne sont pas très fins et doivent être un cauchemar pour les nutritionnistes mais avec une galette de maïs, de la viande, un avocat, quelques tomates, des oignons, des piments et quelques herbes, on fait un repas qui se mange avec les mains et qui rassasie le plus gourmand des estomacs !

Mélange pour l'apéro !

Mélange pour l'apéro !

Les spécialités mexicaines varient selon les régions, mais il faut connaître quelques basiques :

Le chile : c’est le piment au Mexique ! Celui qui est le plus souvent utilisé est le habañeros, 2 à 10 fois plus fort que notre piment de Cayenne ! Il est présent dans beaucoup de sauces mexicaines comme le guacamole, la salsa, la sauce verte… Évitez de demander vos sauces épicés, vous serez certainement incapable de les manger (anecdote vécue, les serveurs ont bien rigolé !)!

Le Queso : Fromage en mexicain. Certains plats sont constitués que de fromage fondu, ce qui est très surprenant. Il n’a souvent pas beaucoup de goût, le Queso de Oaxaca (une région mexicaine) est celui qui s’en sort le mieux.

Le lime :
le citron vert ! Quasi tous les plats mexicains sont assaisonnés avec du citron vert. En général, on vous dépose une petite coupelle sur votre table remplie de rondelles de citron vert pour que vous puissiez en ajouter dans votre margarita, vos plats…

Les tortillas : c’est la base de la nourriture mexicaine, ce sont des galettes de maïs ou de blé dans lesquelles on peut mettre de la viande (bœuf, poulet…), du fromage fondu, des légumes… Au Mexique, elles ont souvent la taille de mini crêpe.

Les "Tostadas"

Les "Tostadas"

Grâce aux tortillas, on peut manger différentes spécialités mexicaines :
les Tacos : les plus connus, on garni la tortilla de divers ingrédients de la viandes ou du poissons, des légumes (avocats, tomates, salades), des féculents (purée de haricots…) et on assaisonne grâce à différentes sauces pimentés et du citron vert.
Les Enchiladas : la tortilla est garnie de viande (poulet, bœuf…), de différents légumes (purée de haricots, poivrons…), elle est recouverte de sauce épicée et gratinée au four avec du fromage ou bien frit dans de l’huile. Un délice !

Enchiladas à Todos Santos

Enchiladas à Todos Santos

Les Quessalidas : la tortilla est à la farine de blé. Elle est fourrée au fromage fondu et servie avec de la salsa et du guacamole.
Les Burritos : là aussi, la tortilla est faite de farine de blé. Elle est garnie de viande, de purée de haricots, de fromage… elle est ensuite roulée à la manière d’un wrap et frit dans de l’huile ! Nourrissant !

Déjeuner sur la plage

Déjeuner sur la plage

Les nachos, les fajitas… plats très connus dans les pays Occidentaux, sont en réalités des recettes de cuisine tex-mex nées au Texas du mélange de la cuisine américaine et de la cuisine mexicaine.

Reste El Tequila : La tequila est de l’alcool d’agave bleu (agave azul), une espèce de cactus cultivés dans la région de Guadalajara. Avec de la tequila et du lime (citron vert) on fait un des cocktails les plus connus du Mexique : la Margarita.

Conclusion : après un séjour au Mexique, Old El Paso et ses recettes tex-mex n’ont plus qu’à aller se rhabiller ! Les spécialités mexicaines sont hautes en couleurs et fortes en goût, une très belle découverte !

Joe Carpa : une brasserie italienne chic !

23 Mar

L’ambiance : Tables rondes et conviviales, banquettes en velours sombre, lumières tamisées, bar au design contemporain… Joe Carpa c’est l’esprit brasserie chic, chic oui, mais pas guindée. En fait, pour comprendre le Joe Carpa, il faut connaître l’histoire de son propriétaire et créateur, Benoît Kersulec. Restaurateur de père en fils depuis quatre générations, sa famille est à l’origine de l’incontournable Croisette à la Baule et son grand père avait monté un premier Joe Carpa dans le little Italy à New York, d’où les spécialités italiennes de la carte.
A noter également, la sympathie de l’équipe en salle.

On y va pour : Joe Carpa a trois « spécialités » plutôt italiennes : le carpaccio (18 recettes), le tartare (6 recettes) et le Tre Cento Venti (recette de bœuf à la piperade). J’ai goûté le tartare aller-retour au gorgonzola : un tartare classique saisi de chaque côté avec une tranche de gorgonzola sur le dessus. Il est servi avec des frites et de la salade. Le tartare est préparé selon vos désirs et on vous fait goûter la sauce avant.
La viande est bonne et la portion généreuse, reste que, selon le goût de certains, on sent trop le ketchup dans la sauce du tartare.

Le tartare au Gorgonzola du Joe Carpa

Le tartare au Gorgonzola du Joe Carpa


Avec qui ?
Sur le pouce un midi, avec un collègue.

Le bonus : C’est un des seuls restaurants de Nantes ouvert 7 jours sur 7. Traduction, on peut y manger le dimanche et le lundi ! Sacré bonus !

Le point noir : Microcosme de Nantes oblige, on y croise apparemment souvent les mêmes têtes.

Où ?
6, rue de l’Héronnière, 44 000, Nantes.

New York : la variation à l’infini du hamburger !

21 Mar

Petit cours d’Histoire : savez-vous comment a été inventé le hamburger ? Ha ! Bonne question ! Il faut aller à New York pour le découvrir car, je vous le donne en mille, il est né ici, dans la Big Apple !
En effet, d’après les historiens, le hamburger serait né au milieu du XIXe siècle lorsque la viande en provenance des ports allemands arrivait à New York. Pour attirer les marins allemands à s’installer sur le nouveau continent, les stands des docks new-yorkais proposaient des sandwichs de steak préparés à la mode de Hamburg… le hamburger était né ! Certains historiens affirment même qu’il serait apparu pour la première fois sous la forme qu’on lui connaît aujourd’hui, à la carte du restaurant Delmonico’s dans le Downtown Manhanttan en 1834.
Deux siècles plus tard, le hamburger reste un véritable rituel new-yorkais que j’ai eu la chance de célébrer pendant une semaine à raison d’en moyen un de ces délicieux sandwichs au steak par jour ! Décryptage :

A New York, il en faut pour tous les prix, premier repas et immersion dans un des temples du hamburger et de la junk food en Amérique : le Burger King ! Bun flétri, viande aux hormones, double fromage industriel et tranches de bacon graisseuses et trop cuites, le BK triple Stacker pour 650 calories (sans compter les frites et les oignons rings) suinte la malbouffe mais tant pis, en face de Time Square, on l’apprécie quand même !

Le BK triple Stacker du Burger King

Le BK triple Stacker du Burger King

Deuxième jour, deuxième hamburger ! Après une longue balade sous le soleil de Central Park, on s’assit enfin dans un diner de l’Upper East Side, on apprendra par la suite qu’il est très prisé pour le brunch, le EJ’s luncheonette. Là, je commence à comprendre la frénésie qu’entretiennent les new-yorkais pour le hamburger ! Pas moins de douze déclinaisons de ce sandwich à la carte, nous en avons goûté trois : le classique, la salade, et les minis ! Les minis sont, de l’avis de mon collègue, décevants.

Minis burgers de EJ's Luncheonette

Minis burgers de EJ's Luncheonette

La EJ’s Salad Burger avec un supplément cheddar, est parfaite pour celles et ceux qui aiment les légumes sans pour autant se donner l’impératif de manger sainement.

La EJ's Salad Burger

La EJ's Salad Burger

Reste le bacon cheeseburger classique : viande Angus parfaite, cheddar au poil, bun légèrement croquant mais moelleux à l’intérieur ; les tomates, la salade, les oignions rouge, le pickle sont servis on the side et les sauces (ketchup, mayo et moutarde) se rajoutent à votre guise ! Une leçon de cheeseburger parfait !

Le Bacon cheese burger du EJ's Luncheonette

Le Bacon cheese burger du EJ's Luncheonette

Troisième jour, dimanche, brunch ! Mais pas n’importe quel brunch : celui du Pastis (même si les bouteilles de décoration au mur sont des bouteilles de Ricard), vrai/faux bistrot français dans le Meatpacking Districk. D’avis de new-yorkais, c’est ici et pas ailleurs qu’il faut bruncher à Manhattan ! Je commande les eggs benedict et je ne suis pas déçue : un œuf poché, une large tranche de lard fumé posés sur un english muffin, le tout nappé de sauce hollandaise. A 21$, ils avaient de toute façon intérêt à être bons !

Les Eggs Benedict du Pastis

Les Eggs Benedict du Pastis

La leçon sur les hamburgers parfaits continue le lendemain soir où, affamés, nous nous installons dans un véritable diner en face du Madison Square Garden : le Tik tock diner. Tables en formica, banquettes en cuir bleu étrange… Là aussi, la carte présente pas moins de quatorze burgers différents, je choisis le BBQ Ranch Burger. Un steak haché Angus, du bacon grillé, du cheddar fondu et de la Bbq-ranch sauce ! Ce qui est notable c’est l’accompagnement : des frites en forme de gaufre, une déclinaison de leurs traditionnelles french fries agréable !

Le BBQ Ranch Burger du Tick Tock Diner

Le BBQ Ranch Burger du Tick Tock Diner

Cinquième jour, shopping à Soho et halte gustative au Delicatessen à l’angle de Lafayette et de Spring Street. La variation autour du hamburger prend ici tout son sens : au Delicatessen, le sandwich au steak est présenté sous forme de spring roll à la vietnamienne que l’on trempe dans du ketchup ou de la moutarde américaine, surprenant !

Les Spring rolls burger du Delicatessen

Les Spring rolls burger du Delicatessen

A première vue, on dirait un nêm

A première vue, on dirait un nêm

un nêm rempli de steak haché et de fromage fondu

un nêm rempli de steak haché et de fromage fondu

Sixième jour, lors d’une ballade à Brooklyn, on décide de s’adonner à un autre rituel culinaire américain : le sandwich ! Oui, mais pas n’importe lesquels, ceux de chez Saltie, un délicieux stand à emporter où quelques chaises hautes traînassent au cas où… Je choisis le sandwich du jour, le Balmy : pâté de foie de volaille, jambon, carottes râpées, oignon rouge, persil plat, menthe et mayo… un sandwich qui fait certes de drôles associations mais qui a du goût et qui se mange en s’en mettant plein les mains, jouissif !

Le Balmy du Saltie

Le Balmy du Saltie

Reste notre pose goûter dans un coffee appelé The Bakery : un macchiato servi avec le dessin d’une feuille sur le dessus et un cinamon roll excellent, un sans faute !

Le macchiato de The Bakery

Le macchiato de The Bakery

La slice de pizza, le cheesecake, le bagel, le hot dog, la pecan pie, le cupcake à la Sex and the City… autant de spécialités culinaires américaines vénérées dans la Big Apple qu’on n’a pas eu le temps de tester et qu’il faudra retourner goûter… A bon entendeur !